Discours de Bill Gates sur la dernière étape de l’éradication de la polio.

L’intervenant clé de la convention du Rotary souligne la lutte historique contre la polio et les défis à relever

Par Ryan Hyland et Teresa Schmedding

Bill Gates qui se trouvait parmi les orateurs de la convention du Rotary, lundi 12 juin, a souligné les progrès exceptionnels qui ont été réalisés pour éliminer la polio dans le monde et a rappelé les défis à venir.

Bill Gates

Au Georgia World Congress Center, à Atlanta, Gates a déclaré à un public de plus de 22 mille participants que les efforts doivent continuer et être renforcés jusqu’à ce que les cas de polio soient réduis à zéro.

En nommant l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio « la plus ambitieuse mission de santé publique jamais entreprise », Bill Gates, co-président de la Fondation Bill & Melinda Gates, revient sur les étapes importantes qui ont fait l’histoire de la lutte contre la polio.

À chaque accomplissement présenté par Bill Gates, notamment ceux des régions du monde déclarées exemptes de polio, des bracelets lumineux péalablement distribués à chaque participants s’allumaient, symbolisant ainsi l’implication du public dans les succès atteints. 

Bill Gates a remercié le Rotary pour être le partenaire catalyseur et visionnaire dans la lutte contre la maladie dans le monde. « Le Rotary a créé la Fondation avec son inébranlable détermination et la conviction que rien n’est impossible si nous nous consacrons corps et âme à une mission », a t-il affirmé.

Depuis que l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio a lancé son action, le nombre de cas de polio a diminué de 99,9 pourcent allant de 350 mille à seulement 5 cas par an ; un record. Le virus a été éliminé dans plus de trois pays : l’Afghanistant, le Nigeria et le Pakistan.

L’intervenant a également notifié le public que plus de 16 millions de personnes ont évitées de souffrir de paralysie causée par la maladie. « Le niveau de progrès est considérable », a t-il ajouté.

image

C’est ce talent de générer des idées, d’apprendre de nos erreurs, et de l’adapter à de nouvelles circonstances qui m’encourage à rester optimiste quant aux résultats », Bill Gates à la convention du Rotary, Atlanta.  

« La polio est le sujet sur lequel je passe le plus de temps. Tous les jours je regarde mes e-mails pour voir s’il y a de nouveaux cas », « Je suis honoré de faire partie de cette mission qui m’anime réellement ».

John Cena, lutteur professionnel, acteur et personnalité engagée envers le Rotary, a présenté la liste des contributions lors de la séances plénière et a salué le Rotary pour sa détermination. « Vous avez été les pionniers qui voulaient prouver au monde entier que c’était possible » a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, des dirigeants ont rejoint Bill Gates et le Rotary dans le renforcement de leur engagement à atteindre le 1,5 milliard de dollars – nécessaires pour éradiquer la polio une bonne fois pour toute, selon l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio. le Rotary a annoncé que cette action allait augmenter son fonds annuel jusqu’à 50 millions de dollars. Depuis que le Rotary et la Fondation Bill & Melinda Gates ont signé leur partenariat en 2007, les deux organisations ont depuis rassemblé 1, 5 milliard de dollars pour l’éradication de la polio.

Bill Gates, dont les principales priorités de ces dix dernières années ont été de mettre fin au virus, a reconnu que des défis seront toujours à relever, particulièrement ceux engendrés par les zones de conflits propices à l’endémie. « Une des choses les plus compliquées est de faire en sorte que tous les enfants soient vaccinés. C’est particulièrement difficile dans les zones de conflits car il est quasiment impossible d’établir une relation de confiance entre toutes les parties prenantes », a t-il affirmé.

Logovoile[1]

Mais il a aussi souligné que l’Afghanistan, qui est toujours en situation de guerre, a presque réussi à éliminer la polio. « C’est parce que les personnes qui supervisent les programmes contre la polio ont soutenu le processus de compréhension mutuelle. Surmonter les divergences politiques, sociales et religieuses, est la clé ».

Avec des nombres de cas de polio aussi faibles, la surveillance et la détection du virus deviennent plus ardues. « Pour stopper le virus radicalement, nous devons savoir où le trouver », a t-il rajouté.