Le Rotary noue un nouveau partenariat stratégique avec l’Institut pour l’économie et la paix

Que veut-on dire lorsque l’on parle de paix ? Est-il possible de le mesurer ? Quelles sont les conditions favorisant la paix et comment le Rotary peut-il aider à les mettre en place ?

Le Rotary cherche à répondre à ces questions et a noué un partenariat stratégique l’, véritable leader dans les études sur la paix et les conflits.

1_IEP_LOGO_HERO_BLACK-1024x855

L’institut a créé un cadre de travail conceptuel sur la  qui identifie et mesure les attitudes, les institutions et les structures qui créent et maintiennent des sociétés en paix. Cela inclut par exemple un environnement commercial sain, un gouvernement qui fonctionne correctement et la libre circulation de l’information.

Au travers de ce partenariat, le Rotary va travailler avec l’institut pour créer :

  • Une plateforme de formation en ligne contenant des webinaires et des outils interactifs que les membres du Rotary et les diplômés de la paix pourront utiliser pour améliorer leur expertise. Cela leur montrera comment mettre en œuvre de nouvelles méthodes de construction de la paix et mobiliser les populations pour résoudre les causes sous-jacentes des conflits.
  • Des ateliers sur la paix positive financés par des subventions mondiales et organisés par des Rotary clubs du monde entier. L’objectif est de favoriser la mise en œuvre d’actions locales dans les domaines de la paix et de la résolution des conflits qui soient à la fois concrètes et percutantes.

Ce partenariat permettra aux membres du Rotary, aux diplômés de la paix et à d’autre de concevoir et de monter des actions plus efficaces et de promouvoir la paix de manière plus large, des éléments essentiels si nous voulons atteindre nos objectifs humanitaires dans chaque communauté

Les futurs Présidents du Rotary International.

La commission de nomination du président du Rotary International a sélectionné Barry Rassin, du Rotary club d’East Nassau (Bahamas), qui deviendra officiellement président 2018/20192019 du Rotary International le 1er septembre 2017 si aucune candidature en opposition n’est présentée d’ici là. et Mark Daniel Maloney, du Rotary club de Decatur (États-Unis), qui deviendra officiellement président 2019/2020 du Rotary International le 1er octobre 2017 si aucune candidature en opposition n’est présentée d’ici là.

En tant que président, Barry Rassin souhaite renforcer notre image publique et utiliser les outils numériques pour optimiser la portée du Rotary.

Barry RassingBarry Rassin 

« Ceux qui savent le bien réalisé par les Rotary clubs souhaitent les rejoindre et nous devons trouver de nouveaux modèles Effectif qui permettent à ceux intéressés par notre mission de participer. » affirme-t-il. « Une fois le Rotary plus visible, nous attirerons des individus qui veulent appartenir à et soutenir une organisation qui fait tant de bien dans le monde. »

Barry Rassin est titulaire d’un MBA en Santé et Administration hospitalière de l’université de Floride, et il est le seul membre du collège américain des directeurs de services de santé des Bahamas. Il vient de prendre sa retraite après 37 ans à la présidence de Doctors Hospital Health System auprès de qui il reste conseiller. Il est membre à vie de l’association hospitalière américaine et il a occupé de nombreux postes d’administrateurs, notamment au Quality Council of the Bahamas, au Health Education Council et à la confédération des employeurs.

Rotarien depuis 1980, M. Rassin a occupé la fonction d’administrateur du Rotary et il est actuellement vice-président de la Fondation Rotary. Il a aussi été training leader du Rotary et, plus récemment, l’aide du président 2015/2016 du Rotary K.R. Ravindran.

Il a reçu le prix Servir d’abord, plus haute distinction du Rotary, et plusieurs prix humanitaires pour son travail à la tête des efforts de secours menés par le Rotary en Haïti après le séisme de 2010. Avec son épouse Esther, ils sont Donateurs majeurs et Bienfaiteurs de la Fondation Rotary.

La nomination de Barry Rassin advient à la suite du décès de Sam OWORI, survenu seulement deux semaines après le début de son mandat de président élu du Rotary International.

« Les clubs sont au cœur du Rotary, c’est là que tout se passe », affirme M. Maloney.

Mark Daniel Maloney Mark Daniel Maloney

Avocat de profession. Il souhaite impliquer les clubs sur le terrain et préserver la culture du Rotary, celle d’une organisation composée de membres qui montent des actions, tout en étudiant de nouvelles approches régionales pour favoriser la croissance. « Grâce à l’éradication de la polio, le Rotary jouira d’une meilleure réputation et de nombreuses opportunités se présenteront à nous », ajoute-t-il. « Nous avons le potentiel de devenir le moteur mondial pour faire le bien ».

Mark Maloney est directeur du cabinet d’avocats Blackburn, Maloney and Schuppert LLC, spécialisé dans la législation fiscale, la planification successorale et le droit agricole. Il représente de grandes exploitations agricoles dans le Sud-est et le centre des États-Unis, et il a présidé la commission agricole du barreau américain dans le domaine de la fiscalité. Il est membre du barreau américain et de l’Alabama, et du Alabama Law Institute.

Mark Maloney est actif dans la communauté religieuse de Decatur où il préside le conseil financier de son église et le conseil d’administration d’une école catholique locale. Il a aussi été président de la Community Foundation of Greater Decatur et de Morgan County Meals on Wheels, ainsi qu’administrateur de United Way of Morgan County et de la Chambre de commerce du comté de Decatur-Morgan.

Rotarien depuis 1980, il a occupé les fonctions d’administrateur du Rotary et de la Fondation, de vice-président de la Fondation Rotary, d’aide du président du Rotary, de coordinateur de zone, de président des commissions Vision pour l’avenir et Convention 2014 de Sydney, et de membre des commissions Vérification des opérations et Centres du Rotary pour la paix. Il a reçu les distinctions pour services éminents et pour services rendus de la Fondation Rotary. Avec son épouse Gay, ils sont PHF, donateurs majeurs et membres de la Société des testateurs.

Composition de la commission de nomination : Anne L. Matthews, Rotary club de Columbia East (États-Unis), responsable de la commission ; Ann-Britt Åsebol, Rotary club de Falun-Kopparvågen (Suède) ; Örsçelik Balkan, Rotary club d’Istanbul-Karaköy (Turquie) ; James Anthony Black, Rotary club de Dunoon (Écosse) ; John T. Blount, Rotary club de Sebastopol (États-Unis) ; Frank N. Goldberg, Rotary club d’Omaha-Suburban (États-Unis) ; Antonio Hallage, Rotary club de Curitiba-Leste (Brésil) ; Jackson S.L. Hsieh, Rotary club de Taipei Sunrise (Taïwan) ; Holger Knaack, Rotary club d’Herzogtum Lauenburg-Mölln (Allemagne) ; Masahiro Kuroda, Rotary club d’Hachinohe South (Japon) ; Larry A. Lunsford, Rotary club de Kansas City-Plaza (États-Unis) ;; P.T. Prabhakar, Rotary club de Madras Central (Inde) ; M.K. Panduranga Setty, Rotary club de Bangalore (Inde) ; Andy Smallwood, Rotary club de Gulfway-Hobby Airport Houston (États-Unis) ; Norbert Turco, Rotary club d’Ajaccio (France) ; Yoshimasa Watanabe, Rotary club de Kojima (Japon) ; et Sangkoo Yun, Rotary club de Sae Hanyang (Corée du Sud).

Le Rotary interroge son management.

Article de Marie-Sophie Ramspacher Les Echos le 20/07 /2017
Association de membres issus des milieux d’affaires et des professions libérales, le Rotary impeccablement organisé en districts et en zones cherche à infléchir le fonctionnement des clubs pour attirer la relève.

 

Le Rotary réfléchit à sa mue. Réseau de décideurs solidaires établi dans le paysage, il s’est toutefois éloigné de son orbite initiale. « Le vœu du créateur, le juriste Paul Harris, était d’encourager les relations professionnelles entre les habitants de différentes nations, au bénéfice de la paix », rappelle Gérard Allonneau, administrateur du Rotary international et à ce titre membre du board of directors (le conseil central) de l’organisation à Evanston (Illinois). Invités à placer leurs compétences professionnelles au service d’autrui  « au-delà des frontières et des nations », les membres, issus des milieux professionnels et des professions libérales, ont démultiplié les projets. « Or le caractère multi-services de l’organisation ne contribuait pas à la clarté de l’image. Les nouveaux membres, et c’est d’autant plus vrai des jeunes, ne s’engagent que lorsque la cause est visible », estime cet ancien chef du département de l’IUT de Poitiers et directeur des études de l’École supérieure de Commerce de Poitiers, membre du Rotary depuis 1990. Par petites touches, Gérard Allonneau essaie désormais de dissocier Le Rotary de son image de société de bienfaisance. « Son rôle n’est pas d’organiser des galas de charité ou des cagnottes mais d’honorer sa devise, Servir d’abord ».

gerard-allonneau 5

Madrid le 26 Novembre 2016, Institute du Rotary International : Intervention de Gerard Allonneau,

Membre du Rotary Club de Parthenay, District 1510, Administrateur 2016/2018 Du Rotary International.

Si le programme phare reste l’éradication de la poliomyélite à travers un programme de vaccination ambitieux « End Polio Now » conduit en partenariat avec la Fondation Bill & Melinda Gates, les porte-drapeaux de l’association accompagnent le programme international de bourses d’études dans le monde, participent à la formation des jeunes ou encore montent des opérations de don de sang.

Donner un autre tempo à cette organisation tentaculaire, composée de zones _correspondant à de vastes territoires géographiques_ hiérarchisées n’est pas une mince affaire. Cette structure, qui a longtemps fait la force de l’organisation présente dans 200 pays, pourrait ralentir son renouveau. La relève pourrait discuter ces process de formation formels, qui conduisent les gouverneurs à suivre de rigoureux séminaires de formation et à recevoir des mains même du président de Rotary International, leur feuille de route. « Les nouveaux membres souhaitent passer à l’action tout de suite, mesurer leur impact, élargir d’emblée leurs horizons et leurs réseaux », évalue Gérard Allonneau.

Comme le ferait un manager, l’administrateur français du Rotary distille désormais dans ses interventions quelques leçons de motivation : « Le rôle du gouverneur est d’encourager les dirigeants du district à cultiver leur enthousiasme et surtout à prendre des mesures précises pour atteindre les objectifs » détaille-t-il, en rappelant les vertus du leadership. « Un chef sera adoubé par les jeunes professionnels s’il est participatif, créatif, décontracté et convivial. Il devra laisser s’exprimer le leadership de chacun et faire place aux opinions divergentes et aux idées nouvelles.  »

L’administrateur, qui encourage l’initiative et la décentralisation des décisions, annonce quelques innovations comme la possibilité d’utiliser des subventions de district pour des projets « innovants », rappelant que « le mouvement n’interdit rien ».

Le Rotary International, qui planche sur sa vision de long terme avec le cabinet Grant Thornton, a également assoupli son organisation en soumettant de nouvelles formes de clubs (satellite, clubs de jeunes professionnels) et de nouveaux statuts de membre (associé, corporate) inspirés des Rotaract, ouverts aux 18-30 ans, sans contraintes de réunions à date fixe avec des cotisations plus faibles. « Les bénévoles que nous cherchons à recruter manquent de temps, occupés sur plusieurs fronts et engagés auprès de leur famille. C’est une variable à intégrer  ».

Preuve du changement d’ère, le Rotary parle numérique. Habitués à retrouver leurs amis dans un « nuage », les jeunes Rotariens devraient apprécier la plateforme My Rotary, et pourront tenir des réunions en ligne, fidèles en quelque sorte à l’étymologie du nom _Rotary symbolisant la rotation des lieux de réunions. « La demande des jeunes est affective et leur besoin d’appartenance à un groupe est palpable. Quelle que soit sa finalité, une organisation devra se considérer comme une « famille » et soigner l’aventure collective ». En France, le Rotary a plus que jamais besoin de sang neuf.

Un grand Rotarien vient de nous quitter.

Vendredi 14 Juillet 2017.

C’est avec beaucoup de tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Sam Owori du Rotary Club de Kampala, en Ouganda District 9211.

IMG_2685Photo Rachel Mabala

Sam Owori avait été élu pour assumer les fonctions de président du Rotary International du 1er Juillet 2018 au 30 Juin 2019.

Sam Owori considèrait le Rotary comme « une véritable passion pour apporter sa propre contribution ». En tant que président, il prévoyait « d’exploiter l’enthousiasme et la fierté de chacun pour que chaque action entraîne la paix et la prospérité ».
Les priorités de Sam Owori étaient l’effectif et l’expansion. Depuis son mandat de gouverneur de district, le nombre de clubs ougandais est passé de 9 à 89. Il encourageait vivement les dirigeants actuels, mais aussi leurs prédécesseurs et leurs successeurs, à collaborer pour impliquer davantage de femmes, de jeunes participants à nos programmes, d’anciens bénéficiaires de nos programmes et de membres de la communauté afin d’assurer la croissance des effectifs du Rotary dans les années à venir. « Il reste trop d’endroits où l’on a besoin du Rotary et où de nombreux membres potentiels n’ont pas été invités à rejoindre nos rangs, disait-il. Les Rotariens qui entrent et ferment la porte derrière eux constituent le vrai problème. »
Sam Owori était PDG de l’Institut pour la gouvernance d’entreprise en Ouganda. Auparavant, il avait été directeur exécutif de la Banque africaine de développement, directeur général de l’Uganda Commercial Bank Ltd. et directeur de la Banque ougandaise de développement. Il avait étudié le droit, les ressources humaines, la gestion des entreprises, la microfinance et le marketing en Angleterre, au Japon, en Suisse, en Tanzanie et aux États-Unis, notamment à la Harvard Business School.
Après être devenu membre du Rotary en 1978, Sam Owori a servi le Rotary en tant que coordinateur régional de la Fondation Rotary, coordinateur régional Effectif et représentant du Rotary auprès du programme des Nations unies pour l’environnement et d’ONU-Habitat. Il a présidé et siégé à de nombreuses commissions, notamment la commission PolioPlus internationale, la task force Prévention de la toxicomanie et la commission d’audit. Plus récemment, Sam Owori a été administrateur de la Fondation Rotary, président de la commission des finances de la Fondation Rotary et membre de la commission des investissements. Il était Bienfaiteur de la Fondation Rotary et, en compagnie de son épouse Norah donateur majeur et PHF.

Discours de Bill Gates sur la dernière étape de l’éradication de la polio.

L’intervenant clé de la convention du Rotary souligne la lutte historique contre la polio et les défis à relever

Par Ryan Hyland et Teresa Schmedding

Bill Gates qui se trouvait parmi les orateurs de la convention du Rotary, lundi 12 juin, a souligné les progrès exceptionnels qui ont été réalisés pour éliminer la polio dans le monde et a rappelé les défis à venir.

Bill Gates

Au Georgia World Congress Center, à Atlanta, Gates a déclaré à un public de plus de 22 mille participants que les efforts doivent continuer et être renforcés jusqu’à ce que les cas de polio soient réduis à zéro.

En nommant l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio « la plus ambitieuse mission de santé publique jamais entreprise », Bill Gates, co-président de la Fondation Bill & Melinda Gates, revient sur les étapes importantes qui ont fait l’histoire de la lutte contre la polio.

À chaque accomplissement présenté par Bill Gates, notamment ceux des régions du monde déclarées exemptes de polio, des bracelets lumineux péalablement distribués à chaque participants s’allumaient, symbolisant ainsi l’implication du public dans les succès atteints. 

Bill Gates a remercié le Rotary pour être le partenaire catalyseur et visionnaire dans la lutte contre la maladie dans le monde. « Le Rotary a créé la Fondation avec son inébranlable détermination et la conviction que rien n’est impossible si nous nous consacrons corps et âme à une mission », a t-il affirmé.

Depuis que l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio a lancé son action, le nombre de cas de polio a diminué de 99,9 pourcent allant de 350 mille à seulement 5 cas par an ; un record. Le virus a été éliminé dans plus de trois pays : l’Afghanistant, le Nigeria et le Pakistan.

L’intervenant a également notifié le public que plus de 16 millions de personnes ont évitées de souffrir de paralysie causée par la maladie. « Le niveau de progrès est considérable », a t-il ajouté.

image

C’est ce talent de générer des idées, d’apprendre de nos erreurs, et de l’adapter à de nouvelles circonstances qui m’encourage à rester optimiste quant aux résultats », Bill Gates à la convention du Rotary, Atlanta.  

« La polio est le sujet sur lequel je passe le plus de temps. Tous les jours je regarde mes e-mails pour voir s’il y a de nouveaux cas », « Je suis honoré de faire partie de cette mission qui m’anime réellement ».

John Cena, lutteur professionnel, acteur et personnalité engagée envers le Rotary, a présenté la liste des contributions lors de la séances plénière et a salué le Rotary pour sa détermination. « Vous avez été les pionniers qui voulaient prouver au monde entier que c’était possible » a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la journée, des dirigeants ont rejoint Bill Gates et le Rotary dans le renforcement de leur engagement à atteindre le 1,5 milliard de dollars – nécessaires pour éradiquer la polio une bonne fois pour toute, selon l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio. le Rotary a annoncé que cette action allait augmenter son fonds annuel jusqu’à 50 millions de dollars. Depuis que le Rotary et la Fondation Bill & Melinda Gates ont signé leur partenariat en 2007, les deux organisations ont depuis rassemblé 1, 5 milliard de dollars pour l’éradication de la polio.

Bill Gates, dont les principales priorités de ces dix dernières années ont été de mettre fin au virus, a reconnu que des défis seront toujours à relever, particulièrement ceux engendrés par les zones de conflits propices à l’endémie. « Une des choses les plus compliquées est de faire en sorte que tous les enfants soient vaccinés. C’est particulièrement difficile dans les zones de conflits car il est quasiment impossible d’établir une relation de confiance entre toutes les parties prenantes », a t-il affirmé.

Logovoile[1]

Mais il a aussi souligné que l’Afghanistan, qui est toujours en situation de guerre, a presque réussi à éliminer la polio. « C’est parce que les personnes qui supervisent les programmes contre la polio ont soutenu le processus de compréhension mutuelle. Surmonter les divergences politiques, sociales et religieuses, est la clé ».

Avec des nombres de cas de polio aussi faibles, la surveillance et la détection du virus deviennent plus ardues. « Pour stopper le virus radicalement, nous devons savoir où le trouver », a t-il rajouté.

Des membres du Rotary et des responsables de l’Union Européenne se penchent sur le rôle du Rotary.

Par Bryant Brownlee

Plus de 240 membres du Rotary se sont retrouvés le 8 mars à Bruxelles pour étudier comment le Rotary et l’Union européenne peuvent collaborer dans un souci de paix.

La réunion s’est inspirée de la Journée du Rotary aux Nations unies. Des membres du Rotary, des responsables de l’Union européenne et des chefs d’entreprise ont discuté ensemble pendant deux heures des possibilités de coopération entre les entreprises, les organisations de la société civile comme le Rotary et l’UE afin d’atteindre les Objectifs pour le développement durable (ODD) des Nations unies et de bâtir des sociétés plus pacifiques et plus stables.

Françoise Tulkens, professeure et ancienne vice-présidente de la Cour européenne des droits de l’Homme, a animé la réunion qui a proposé des présentations par Karmenu Vella, commissaire européen à l’environnement, aux affaires maritimes et à la pêche, Jean de Leu de Cecil, secrétaire du conseil d’administration du Colruyt Group, René Branders, président de la Fédération des Chambres de Commerce belges, et John Hewko, secrétaire général du Rotary.

M. Vella a souligné l’importance de la coopération entre les entreprises et la société civile dans l’atteinte des objectifs de développement. À cet égard, il a salué le rôle crucial que le Rotary peut jouer dans cet effort mondial. 

ph 1

« Vous avez un atout majeur, votre vaste réseau, et vous pouvez l’exploiter pour rassembler les acteurs de la société afin que les ODD deviennent une réalité. Le Rotary International occupe une place unique pour forger des alliances transfomatrices entre le monde de l’entreprise et la société civile, notamment en mettant en place notre ordre du jour commun », a déclaré M. Vella.

M. Hewko a mis en avant les efforts du Rotary visant à résorber la crise des migrants et à encourager un développement économique inclusif.

« Au Rotary, nous croyons que notre action repose exclusivement sur des partenariats intelligents au sein desquels l’UE, les gouvernements, la société civile, le secteur privé et d’autres organisations jouent tous un rôle important. C’est pourquoi, le développement des relations entre le Rotary et l’Union européenne nous remplit d’optimisme », a dit M. Hewko.

ph2Le secrétaire général du Rotary John Hewko et la gouverneure belge du district 2170 Nathalie Huyghebaert à Bruxelles pour la réunion avec l’Union européenne.

                                              Photo – Nikita Philippi

Parce que l’UE soutient l’effort mondial d’éradication de la poliomyélite, les organisateurs de cette réunion sont confiants que d’autres possibilités de collaboration entre les deux organisations sont à prévoir à l’avenir. 

La manifestation a été coordonnée avec la Commission européenne et organisée par Michel Coomans et Hugo-Maria Schally, représentants du Rotary auprès de l’UE, avec le soutien de Kathleen Van Rysseghem, Philippe Vanstalle et Nathalie Huyghebaert, gouverneurs des districts belges et luxembourgeoisHaut du formulaire.

Depuis douze ans, les Rotary de France ont remis 10 millions d’euros collectés par leur action commune : Espoir en tête.

Depuis douze ans, les Rotary de France ont remis 10 millions d’euros collectés par leur action commune : Espoir en tête.

Cinquante-six équipes françaises de recherche transversale sur le cerveau et ses pathologies sont ainsi dotées pour le financement de gros équipements.

Chaque année, le même jour dans toute la France, dans plus de 450 salles de cinéma, plus de 100 000 spectateurs assistent ensemble à l’avant-première d’un grand film au profit de la recherche fondamentale sur le cerveau. Sur chaque entrée fixée à 15 €, et après déduction du prix de la place de cinéma, ce sont 8 € qui sont reversés à cette recherche.

Depuis 2008, Walt Disney s’associe avec le Rotary autour de l’opération « Espoir en tête » en proposant chaque année, en avant-première, la diffusion de son dernier film événement. Il s’agit, cette année, de la version réelle de La Belle et la Bête (film de référence et comédie musicale moderne) dont la sortie officielle aux USA aura lieu le 17 mars, et dont la sortie nationale en France aura lieu le 22 mars.

La Belle et la Bête

Ce film sera projeté en avant-première au Gulf-Stream à La Baule (et dans d’autres villes françaises) samedi 18 mars prochain, à 18 h, soit le lendemain de la première aux USA. À noter que Walt Disney fait également, chaque année, figurer sur les affiches géantes de son film (que l’on peut voir dans les couloirs du métro parisien) la roue crantée du Rotary International. Cette projection au Gulf Stream est organisée conjointement par deux Rotary clubs : La Baule et La Baule Atlantique.

Samedi 18 mars à 18 h  au cinéma Gulf Stream, avenue de Gaulle, La Baule. Billetterie ouverte sur place.

DEVENIR GOUVERNEUR ET INVITER AU PARTAGE : UNE FONCTION EXALTANTE

C’est une responsabilité importante comme passionnante qui est confiée aux Gouverneurs du Rotary International.
Elle n’est pas toujours mesurée quant à son ampleur et bien des Rotariens n’y voient que la matérialisation de la visite annuelle du club. Bien au-delà de cette formalisation ô combien précieuse dans les rapports simplifiés avec le club, le gouverneur a en charge une responsabilité qui couvre, comme en entreprise, bien des domaines touchant à l’essor même du Rotary.
ASSEMBLÉE INTERNATIONALE 2017 DE SAN DIEGOASSEMBLÉE INTERNATIONALE 2017 DE SAN DIEGO

C’est au cœur de la réflexion stratégique que doivent être situées l’action et la responsabilité d’un gouverneur. Nous sommes bien loin d’une fonction d’apparat que d’aucun pourrait y voir ou en croire. Au cœur des enjeux du Rotary, il a partagé de précieux acquis lors des différents séminaires de formation auxquels sa participation fut obligatoire, à peine de ne pouvoir exercer son mandat. Le gouverneur, femme ou homme de grande expérience rotarienne, est ainsi impliqué dans l’administration de son district. Celle-ci n’est pas pensée comme une administration au sens strict du terme, mais comme une structure de management, mobilisée au service des projets rotariens, qu’ils soient ceux du niveau international, comme ceux à mobiliser au service des clubs, qui appellent un soutien et un accompagnement dynamique de la part du district.

Formations, communication, gestion optimisée de l’ensemble des ressources matérielles, financières et humaines, animations, promotion des instants rotariens majeurs, effectifs et développement du Rotary comptent parmi les maîtres-mots de l’implication, sans oublier l’indispensable valorisation de la Fondation et la connaissance de ses effets permis.

En outre, parmi ces prérogatives et domaines aux champs si larges, figure également l’organisation de la conférence de district, moment privilégié qui permet finalement la synthèse de l’ensemble de ces missions : favoriser, au travers d’un moment d’exception, une large communication, comme un large partage, de tout ce qui peut permettre le renforcement de la connaissance de l’action du Rotary.

En fournissant des opportunités de networking, en motivant les participants, en partageant cela avec tous ceux qui ne connaissent pas ou pas assez le Rotary, une Formations, communication, gestion optimisée de l’ensemble des ressources matérielles, financières et humaines, animations, promotion des instants rotariens majeurs, effectifs et développement du Rotary comptent parmi les maîtres-mots de l’implication, sans oublier l’indispensable valorisation de la Fondation et la connaissance de ses effets permis.

En outre, parmi ces prérogatives et domaines aux champs si larges, figure également l’organisation de la conférence de district, moment privilégié qui permet finalement la synthèse de l’ensemble de ces missions : favoriser, au travers d’un moment d’exception, une large communication, comme un large partage, de tout ce qui peut permettre le renforcement de la connaissance de l’action du Rotary.

En fournissant des opportunités de networking, en motivant les participants, en partageant cela avec tous ceux qui ne connaissent pas ou pas assez le Rotary, une vision du Rotary est ainsi construite bien au-delà de l’horizon du club, du district. Il s’agit en fait de croire et surtout de savoir que la fonction du gouverneur est bien de contribuer activement au développement de la connaissance et au renforcement du Rotary, par des hommes et femmes susceptibles d’adhérer à notre projet et de venir nous rejoindre.

Il serait donc faux de croire qu’il s’agit d’une fonction isolée car, en réalité, cette mobilisation est appelée au partage, certes avec les membres de l’équipe de district, mais également avec l’ensemble de la communauté rotarienne qui reconnaît dans cette responsabilité celle de la valorisation individuelle d’un projet qui ne peut qu’être commun. C’est pourquoi le gouverneur, dont le mandat est limité, appelé à la fin de celui-ci à rejoindre la communauté à laquelle il a toujours appartenu et qu’il n’a d’ailleurs jamais quitté, doit savoir compter sur le soutien actif de tout Rotarien.

ParoRégisoAllard                                                                                                                                                                                                                                            Président du Magazine ‘’ Le Rotarien ‘’

NOTRE FUTUR GOUVERNEUR
André FOLLEN du Rotary-Club Angers du Bellay

André FOLLEN

Gouverneur 2017/2018 du District 1510
Né le 13 octobre 1946 à Rennes (35)
Marié à Danièle, 2 enfants
Maîtrise en droit, Certificat d’Aptitude à la
Profession d’avocat
ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES
1970-1977 : éducateur spécialisé
1977-2016 : avocat en droit social
ACTIVITÉS ROTARIENNES
1991 : admission au club Angers du Bellay
1995-1996 : président
2013-2016 : adjoint du gouverneur
PHF 3 saphirs

 

La « Paix et prévention/résolution des conflits » est le premier des six axes stratégiques de la Fondation du Rotary.

La « Paix et prévention/résolution des conflits » est le premier des six axes stratégiques de la Fondation du Rotary.

par Michèle SCHULTZ, Gouverneur 2016/2017 – District 1680 Alsace Franche-Comté

La Colombe

La Colombe selon René Magritte

L’engagement de la Fondation pour la Paix ne se dément pas :

– par le soutien qu’elle apporte aux clubs qui déposent des demandes de subvention dans cet axe,

– et surtout par l’existence des « Centres du Rotary pour la Paix » (se reporter au site : https://www.rotary.org/fr/our-programs/peace-fellowships

Les actions menées pour le maintien de la Paix sont souvent mieux ancrées dans la durée comme par exemple le programme « Student Exchange » dans lequel chaque jeune qui a eu la chance de connaître d’autres cultures, d’autres peuples, d’autres continents, devient un ambassadeur pour la Paix par l’ouverture de son esprit aux autres.

Malheureusement il nous faut aussi œuvrer dans l’urgence, pour venir en aide aux victimes des conflits.

Thème oh combien d’actualité, alors que les médias nous relatent chaque jour des faits de guerre ou des persécutions politiques entraînant des

violences et des atrocités dont sont victimes des innocents, comme en ce moment en Syrie et plus particulièrement à Alep avec l’effroyable calvaire des civils …

Mon district s’est à nouveau mobilisé, en deux mois dix-sept clubs ont réuni 22.500 € permettant l’envoi de 22 boites Shelterbox, je suis fière de cet engagement et je les en remercie.

Pour maintenir la Paix, soyons vigilants, mobilisons-nous et utilisons tous les programmes du Rotary.

Ainsi, nous mettrons le ROTARY AU SERVICE DE L’HUMANITE.